SUMMARY
VERSION

Cible 4.6 – Lire, écrire et compter

Un homme prend des cours du soir à Caracas, au Venezuela. Les cours sont conçus pour ceux qui travaillent pendant la journée, mais qui souhaitent toujours obtenir une certification d'études secondaires.

Crédit: Victor Jules Raison/Arete/GEM Report

Cible 4.6 – Lire, écrire et compter

Entre 2000 et 2015, le taux d’alphabétisme des adultes est passé de 81,5 % à 86 %. Il est cependant resté stable à 64 % en Afrique subsaharienne et légèrement inférieur à 60 % dans les pays à faible revenu. Le nombre d’adultes non alphabétisés a baissé de 4 % seulement pour atteindre 753 millions.

Si le nombre de jeunes non alphabétisés a chuté de 27 %, on compte en revanche plus de 100 millions de jeunes ne sachant pas lire, dont plus d’un sur quatre en Afrique subsaharienne et dans les pays à faible revenu.

Le décalage permanent entre la langue parlée à la maison et la langue d’enseignement joue un rôle particulièrement important dans la lenteur de l’acquisition des compétences alphabétiques en Afrique subsaharienne. La nouvelle analyse réalisée aux fins du présent rapport montre que, dans 36 pays de la région, la moitié seulement des adultes ayant suivi cinq années d’enseignement étaient capables de lire une phrase complète. Toutefois, 69 % des adultes ayant accompli cinq années de scolarité dans un système privilégiant la langue parlée à la maison étaient en mesure de lire une phrase, contre 41 % dans les systèmes éducatifs coloniaux ou à plusieurs langues.

Malgré les efforts importants déployés afin de remplacer l’évaluation traditionnelle des compétences alphabétiques, essentiellement réalisée par autodéclaration et dichotomique, par une évaluation directe plus adaptée et nuancée des niveaux d’aptitude en alphabétisme, cette nouvelle approche, indispensable pour rendre compte de l’indicateur mondial de la cible 4.6, ne s’est imposée que dans quelques pays à revenu élevé. Environ 19 % des adultes des pays ayant participé à l’enquête PIAAC de l’OCDE n’ont pas atteint le niveau minimal
d’aptitude en alphabétisme.

On compte plus de 100 millions de jeunes ne sachant pas lire

Les compétences en alphabétisme et en numératie présentent d’importantes disparités selon la situation socioéconomique. Ainsi, dans les pays de l’OCDE ayant participé à l’enquête PIAAC, la probabilité qu’un adulte n’atteigne pas le niveau minimal de compétences en alphabétisme était plus de trois fois supérieure chez ceux dont les parents n’avaient pas été scolarisés dans le deuxième cycle du secondaire que chez ceux dont au moins un parent avait suivi des études supérieures (33 % contre 10 %). En République tchèque et en Slovaquie, cet écart était dix fois plus élevé (29 % contre 3 %).

Certains types de disparité évoluent. La comparaison des enquêtes du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) menées auprès d’élèves âgés de 15 ans et des enquêtes du PIAAC réalisées 12 ans plus tard a révélé des changements surprenants pendant les premières années de l’âge adulte. Ainsi, les disparités socioéconomiques s’étaient accrues dans 75 % des 20 pays comparés et s’étaient concentrées chez les élèves ayant obtenu de mauvais résultats à l’âge de 15 ans. Si l’écart entre les sexes semblait s’être presque totalement résorbé, l’enquête PIAAC indiquait une faible disparité entre les sexes à l’âge de 16 ans, suggérant que ce changement pouvait être dû à des différences entre les modalités des deux enquêtes (figure 13).

Figure 13: Les disparités d’origine socioéconomique observées à l’âge de 15 ans en matière de compétences en alphabétisme s’accroissent durant les 12 années suivantes, mais l’écart entre les sexes disparaît

Voir le chapitre du rapport précédent sur la cible 4.6


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/gemrepor/public_html/gem-report-2017.unesco.org/wp-content/themes/unesco/inc/menus.php on line 297