SUMMARY
VERSION

Éducation et développement durable : ce que l’on sait et ce que l’on doit faire

Girls wash their hands outside their classroom in the the Government run United Methodist School in Freetown, Sierra Leone. Schools throughout Sierra Leone, including this one, were closed for eight months at the height of the Ebola crisis.

CREDIT: Kate Holt/GEM Report

Éducation et développement durable : ce que l’on sait et ce que l’on doit faire

La précédente section a illustré les nombreux liens unissant l’éducation et le développement durable. Ils suggèrent que l’achèvement de l’enseignement primaire et secondaire peut procurer des bénéfices substantiels, non seulement pour les individus mais aussi pour leurs familles, les communautés au sein desquelles ils vivent et leurs lieux de travail. Des hommes et des femmes au niveau d’instruction plus élevé tendent à être plus sensibilisés à l’environnement, plus résilients face à l’impact du changement climatique, plus productifs et plus capables de générer du revenu, et ils ont plus de probabilité de vivre sainement, de participer à la vie politique et de maîtriser leur existence. Les bénéfices de l’éducation des filles et des femmes sont nombreux et intergénérationnels.

Il est à craindre toutefois que l’évolution des conditions mondiales ne modifie ces effets de l’éducation. L’économie mondiale a ainsi considérablement enrichi certains, tout en laissant pour compte beaucoup d’autres, dont l’existence et les moyens de subsistance sont vulnérables aux délocalisations économiques et/ou à la pauvreté persistante. Les cycles économiques baissiers exacerbent l’insécurité politique et les conflits, contraignant des millions de personnes à l’exode. Les bouleversements causés par les catastrophes naturelles et le changement climatique sapent les efforts engagés par les pays pour faire en sorte que tous les jeunes achèvent au moins 12 années de scolarité et fournir des possibilités suffisantes d’apprentissage tout au long de la vie.

Pour permettre à l’éducation de déployer ses capacités de transformation en soutien au nouveau programme de développement durable, on ne pourra se contenter du statu quo éducatif. L’apprentissage devrait favoriser une réflexion relationnelle, intégratrice, empathique, anticipatrice et systémique. Les écoles devraient devenir des espaces exemplaires respirant la durabilité – des lieux inclusifs, démocratiques, sains, neutres en carbone, qui posent les fondations nécessaires à la réalisation des ODD.

Les recommandations stratégiques figurant ci-dessous suggèrent comment les systèmes éducatifs peuvent contribuer plus efficacement au développement durable.

  • Soutenir les collaborations et les synergies entre l’ensemble des secteurs et des partenaires. Dans la mesure où la résolution des problèmes systémiques exige une multiplicité d’acteurs et de perspectives, des efforts plus importants sont nécessaires pour impliquer tous les partenaires – ministères, experts de l’éducation, société civile – aux niveaux local et national, et dans tous les secteurs.
  • Les gouvernements doivent considérer l’éducation et la formation formelles et non formelles comme un élément clé de leurs efforts pour résoudre les problèmes transsectoriels. L’éducation peut être un outil important de renforcement des capacités dans tous les secteurs. De nombreuses cibles des ODD exigent des compétences et une expertise spécialisées que confèrent les systèmes éducatifs.
  • L’éducation peut aider à réduire les inégalités de revenu, mais elle ne peut le faire à elle seule. Élargir l’accès des groupes marginalisés à une éducation primaire et secondaire de qualité aidera à assurer des revenus décents et à réduire les disparités. Les changements dans les réglementations du marché de la main-d’œuvre et les technologies ne devraient pas pénaliser les travailleurs occupant des emplois plus précaires, notamment dans le secteur informel.
  • Les systèmes éducatifs ont besoin d’un financement accru et prévisible pour (a) universaliser l’achèvement de l’enseignement primaire et secondaire, (b) augmenter le nombre des enseignants qualifiés, compétents et motivés, (c) apporter une éducation de bonne qualité aux populations marginalisées, et (d) préparer à l’impact du changement climatique et à l’éventualité d’un conflit prolongé.
Pour permettre à l’éducation de déployer ses capacités de transformation en soutien au nouveau programme de développement durable, on ne pourra se contenter du statu quo éducatif. Click to Tweet

AMÉLIORER L’ÉQUITÉ

  • L’enseignement primaire et secondaire universel, notamment pour les filles, est un élément clé de promotion de l’autonomie et du pouvoir de décision des femmes. Atteindre cette cible freinerait la croissance démographique, transformerait les normes et les pratiques sociales à travers les générations, et réduirait le fardeau qui pèse sur la planète.
  • Les politiques éducatives ciblant les minorités, les réfugiés et les déplacés internes devraient prioriser des langues d’instruction appropriées et garantir l’utilisation de programmes et de matériels d’apprentissage exempts de préjugés. La création d’un vivier d’enseignants qualifiés maîtrisant les langues appropriées est importante dans les pays comptant une forte proportion de minorités ethniques et de populations migrantes.
  • La planification urbaine doit inclure la planification éducative, et ne pas laisser de côté les zones rurales. Il est crucial de planifier l’accès des habitants des bidonvilles à l’éducation, comme aux autres services de base. Il faut distribuer équitablement les équipements publics et les enseignants de qualité, et faire des écoles des espaces sûrs et exempts de violence. Les zones rurales aux populations en déclin et la consolidation des écoles rurales exigent l’attention des planificateurs et l’implication des communautés.

RÉORIENTER L’ÉDUCATION

  • En élaborant les politiques en matière de compétences, les systèmes éducatifs devraient prendre en compte à la fois les besoins à moyen et à long terme et les implications de la croissance durable. Il faut enseigner des compétences vertes aux élèves et donner aux travailleurs des possibilités de se recycler et d’améliorer leurs compétences, et aussi réformer les programmes de l’enseignement secondaire et tertiaire. Une meilleure coopération avec les entreprises et les industries améliorerait la pertinence et la qualité de l’enseignement.
  • Les programmes d’éducation civique, d’éducation à la paix et d’éducation au développement durable peuvent être d’importants leviers pour le progrès des ODD. Efficacement mis en œuvre, ils peuvent promouvoir un système judiciaire plus équitable, renforcer les capacités en matière judiciaire et d’application de la loi, favoriser des sociétés moins violentes et plus constructives, améliorer la compréhension des liens entre culture, économie et environnement, et privilégier les actions améliorant le sort des générations futures.

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/gemrepor/public_html/gem-report-2017.unesco.org/wp-content/themes/unesco/inc/menus.php on line 297