SUMMARY
VERSION

CIBLE 4.4 | Compétences nécessaires à l’emploi

A student works on a microscope in Indonesia.

CREDIT: United States government work

CIBLE 4.4 | Compétences nécessaires à l’emploi

La cible 4.4 soulève des questions fondamentales : quelles compétences « nécessaires à l’emploi, à l’obtention d’un travail décent et à l’entrepreneuriat » sont particulièrement pertinentes pour le suivi mondial dans des contextes différents ? Ces compétences s’acquièrent-elles essentiellement grâce à l’éducation et à la formation ou par d’autres moyens ? Les mesures disponibles sont-elles valides et applicables à un coût raisonnable ?

L’incertitude qui entoure ces questions se retrouve dans les indicateurs proposés, par exemple le taux de réussite scolaire de la population adulte, qui ne permettent pas de mesurer les compétences. L’autre indicateur, qui concerne le niveau de compétences dans les technologies de l’information et de la communication (TIC) et la culture numérique, s’il risque de réduire la portée du programme, constitue malgré tout une tentative pour privilégier les compétences concrètes et mesurables.

Dans l’Union européenne, en 2014, 44 % des adultes savaient utiliser des formules arithmétiques de base dans un tableur. Click to Tweet

COMPÉTENCES COGNITIVES

Les compétences cognitives de base comprennent la lecture, l’écriture et le calcul. Il apparaît, d’après les nouvelles analyses réalisées pour le Rapport GEM, que des compétences élevées en alphabétisme multiplient quasiment par deux la chance d’exercer un emploi décent.

Les TIC occupent désormais une place essentielle dans la vie quotidienne et le monde du travail. Dans l’Union européenne, en 2014, 44 % des adultes savaient utiliser des formules arithmétiques de base dans un tableur, la fourchette des résultats allant de 16 % en Roumanie à 63 % en Finlande.

Le niveau de compétences en culture numérique constitue un meilleur indicateur car il peut être directement évalué. En 2013, en République tchèque, 85 % des élèves de 8e année possédaient des connaissances informatiques fonctionnelles, contre 13 % en Thaïlande et 9 % en Turquie. Il conviendra d’élaborer un outil mondial afin de tenir compte de la rapidité des évolutions technologiques ainsi que des préjugés culturels inhérents aux questions utilisées actuellement.

COMPÉTENCES NON COGNITIVES…

Les compétences censées requérir un processus cognitif moindre suscitent un intérêt croissant. Dans la pratique cependant, une grande partie des compétences professionnelles les plus valorisées – telles que la créativité, la réflexion critique et la collaboration qui, bien que fondamentales, restent assez vagues – sont bien difficiles à classifier.

On ne dispose pas d’éléments factuels suffisants pour montrer à partir de quel seuil les compétences non cognitives, telles que la persévérance, la maîtrise de soi ou encore les aptitudes sociales et affectives, anticipent des résultats positifs sur le marché du travail. Il est probable que le niveau optimal dépende de la situation de l’emploi.

Il est très difficile d’élaborer des mesures qui permettent de comparer les compétences non cognitives à l’échelle internationale. Le Rapport GEM recommande d’éviter les évaluations de grande envergure à des fins de suivi sur le plan international et préconise d’accorder une attention particulière à la recherche portant sur la mesure de l’acquisition de ces compétences et de leur impact sur le lieu de travail.

… ET L’ASSOCIATION DE CES DEUX TYPES DE COMPÉTENCES DANS LE MONDE DU TRAVAIL

Les compétences liées à la finance et à l’entrepreneuriat constituent deux exemples illustrant l’association, fondamentale dans le monde du travail, des compétences cognitives et non cognitives. Les tentatives visant à élaborer une mesure empirique des compétences dans le domaine de la finance ont beaucoup progressé au cours des dernières années. Selon une définition, 33 % des adultes dans le monde ont un bon niveau de compétence dans le domaine de la finance, la fourchette allant de 13 % au Yémen à 71 % en Norvège. L’évaluation des compétences entrepreneuriales, qui pour l’essentiel en est encore au stade de la recherche, implique de s’interroger sur les sujets à intégrer aux programmes scolaires.


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/gemrepor/public_html/gem-report-2017.unesco.org/wp-content/themes/unesco/inc/menus.php on line 297