SUMMARY
VERSION

CIBLE 4(c) | Les enseignants

Ednam Boyle, a teacher, takes a class with her baby on her back in the Temple Of Faith Primary School, Western Area of Freetown, Sierra Leone.

CREDIT: Kate Holt/GEM Report

CIBLE 4(c) | Les enseignants

Le fait que les ODD considèrent les enseignants comme des « moyens de mise en œuvre » a provoqué un certain mécontentement. Le risque est que la contribution fondamentale du corps enseignant à une éducation de qualité et à un environnement propice à l’apprentissage soit dévalorisée. Formulée de manière vague, la cible véhicule une conception par trop limitée des grandes questions relatives aux enseignants.

Le Rapport GEM se penche sur les implications qu’entraîne, en termes de suivi, l’engagement plus général énoncé dans le Cadre d’action d’Éducation 2030 afin de faire en sorte que « les enseignants et les éducateurs aient les moyens d’agir, qu’ils soient recrutés de manière adéquate, qu’ils reçoivent une formation et des qualifications professionnelles satisfaisantes, et qu’ils soient motivés et soutenus ».

DES ENSEIGNANTS QUALIFIÉS EN NOMBRE SUFFISANT

Les classes surpeuplées restent monnaie courante dans bien des pays pauvres, preuve que l’offre d’enseignants est insuffisante. Les tentatives visant à définir la pénurie d’enseignants buttent sur deux obstacles majeurs : les statistiques sur l’offre moyenne d’enseignants dissimulent d’importantes inégalités à l’échelle nationale ; la quantité ne peut être dissociée de la qualité. Souvent, face à une scolarisation en hausse et à l’augmentation de la taille des classes, les responsables politiques se contentent d’abaisser les critères de recrutement.

On ne dispose que de données insuffisantes sur les enseignants « qualifiés », pour reprendre la formulation employée dans la cible, qui tend à ne désigner que les qualifications universitaires. En 2014, le pourcentage moyen d’enseignants possédant les qualifications minimales requises pour enseigner s’élevait à 82 % dans l’enseignement préprimaire, à 93 % dans l’enseignement primaire et à 88 % dans l’enseignement secondaire.

L’indicateur mondial correspondant à la cible 4(c) – le pourcentage d’enseignants ayant reçu une formation minimale – bénéficie d’une couverture plus large mais ne fixe pas de repère auquel les normes nationales pourraient être comparées. Quoi qu’il en soit, il a été clairement établi que beaucoup d’enseignants n’ont pas reçu de formation minimale. Dans les Caraïbes, 85 % des enseignants du primaire ont suivi une formation. En Afrique du Nord et en Asie de l’Ouest, c’est le cas pour 73 % des enseignants du pré-primaire. En Afrique subsaharienne, moins de la moitié des enseignants du pré-primaire et 75 % de ceux du second cycle du secondaire ont suivi une formation.

Entre 2002 et 2014, l’aide à la formation des enseignants a été multipliée par trois pour atteindre 251 millions de dollars des États-Unis , ce qui correspond à 2 % de l’aide directe totale à l’éducation. Les pays les moins avancés ont reçu 41 % du total de l’aide à la formation des enseignants et les petits États insulaires en développement, 7 %.

MOTIVATION ET SOUTIEN AUX ENSEIGNANTS

Comment motiver les enseignants et les soutenir, tel est l’un des enjeux stratégiques majeurs du Cadre d’action Éducation 2030. Il est extrêmement difficile de collecter directement des informations auprès des enseignants sur des facteurs tels que la motivation et la satisfaction professionnelle.

Le rapport s’est intéressé aux facteurs externes, qui dépendent avant tout des politiques publiques : intégration et tutorat, formation continue, conditions de travail et rémunération. Selon l’enquête internationale sur les enseignants, l’enseignement et l’apprentissage de 2013, près de 25 % des enseignants du premier cycle du secondaire ayant moins de cinq années d’expérience ont déclaré avoir un tuteur, ce pourcentage tombant à 6 % au Chili et à 9 % en Italie.

Une rémunération concurrentielle est un élément crucial du recrutement et de la rétention des meilleurs enseignants. En République dominicaine, la rémunération des membres du corps enseignant équivalait en moyenne à 70 % de celle d’autres professions, alors qu’en Uruguay les enseignants disposaient d’un léger avantage.

De façon générale, il reste un long chemin à parcourir avant que nous disposions de données fiables sur les salaires, les conditions de travail et le taux de départs volontaires des enseignants.


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/gemrepor/public_html/gem-report-2017.unesco.org/wp-content/themes/unesco/inc/menus.php on line 297